• "Les cinq dernières minutes"

    Crée le 1 er janvier 1958 à novembre 1973, une série de 155 épisodes.

    C'est la première longue série d'enquêtes policières de la télévision française. Elle est fondée sur l'exposition d'une enquête où le spectateur doit, en compagnie de l'inspecteur puis commissaire Antoine Bourrel et de son adjoint Dupuy, rechercher les indices qui permettront à la fin de découvrir le coupable. L'émission intègre rapidement chaque épisode dans un milieu professionnel ou social nouveau, étranger à Bourrel : les champs de courses hippiques (L'Avoine et l'Oseille), les agences d'intérim (Meurtre par intérim), le monde de la Tour Eiffel (La Rose de fer), celui du disque (45 tours et puis s'en vont), des Halles (Un mort sur le carreau), de la halle au vin, quai Saint-Bernard, à l'emplacement actuel de la faculté de Jussieu (Quand le vin est tiré), l'imprimerie de labeur, les ferrailleurs, les artisans du Village suisse, etc.

    À ses débuts, la série était une émission-jeu, qui, tournée en studio, était diffusée en direct. Deux téléspectateurs sélectionnés assistaient au tournage et devaient deviner qui était le coupable de l'intrigue, au moment du célèbre : « Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! »1 de l'inspecteur Bourrel. Chacun des deux avait le droit de se faire repasser deux passages de son choix, que revoyaient aussi les téléspectateurs ; ce fut le cas de la fameuse séquence de l'échange de verres de champagne dans le premier épisode, diffusé pendant les fêtes, intitulé lors de sa diffusion Qui a tué Mona ?2. Dans certains des premiers épisodes, l'inspecteur Bourrel prend également à témoin les téléspectateurs de son action et de ses doutes. Ce concept original fut abandonné après quelques épisodes.

    Distribution

    Première série

     

    Ps : Devant mon petit écran j'ai adoré ce téléfilm ou l'on devait trouver le meurtrier que de souvenir, je ne ratais aucun épisode. Mes parents nous disaient de faire silence. La phrase de Raymond Souplex  "Bon Dieu ! mais c'est... bien sûr !" m'est resté en mémoire... Ce qui est plaisant de revoir c'est les décors dans lequel il a été tourné, et le langage est super !

    Arlette

    « Presse-puréeGeorges Brassens »
    DeliciousGoogle Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Mars 2014 à 09:09

    Bonjour mon adorable Arlette, je me souviens très bien de cette série policière.

    Je viens te souhaiter un très agréable dimanche.
    J'espère que comme un peu partout il fait beau
    et que tu vas pouvoir profiter de bons moments.

    Je remercie tous mes amis pour leur gentillesse,
    leur fidélité et aussi le temps offert gracieusement
    pour déposer un joli message au cœur de Lolli.

    Je t'offre mon sourire et même un café ou ce que tu
    aimes, je me suis mise au goût du jour tu vois,
    thé, chocolat, chicorée, tisane etc... Hi Hi !

    J'espère que tu vas aller bien mieux, ou fais-tu partie
    de ceux qui vont très bien et c'est tant mieux.

    Plein de belles pensées s'envolent vers toi, je te les offre
    en toute amitié.

    Prends soin de toi.

    Lolli

    2
    Dimanche 30 Mars 2014 à 09:30

    Bonjour Arlette en ce dimanche un peu grisounet ici dans ma gironde ah oui que ce fût un temps charmant ces 5 dernières mn ... et en plus "nous" étions jeunes ce qui ne gachait rien ! bon dimanche bisous !

    3
    Dimanche 30 Mars 2014 à 10:15

    oupsss ça me rajeunit pas ça comme série!

    passe un superbe dimanche ici beau soleil , c'est estival! .... journée lessive et linge qui sèche dehors :)

     bisous et a demain

    Stylowi.pl - Odkrywaj, kolekcjonuj, inspiruj
    4
    Dimanche 30 Mars 2014 à 17:59

    Bonjour Arlette, je me souviens parfaitement de cette phrase aussi, une série qui a marqué notre époque !

    Bonne fin de journée bisous

    5
    Mardi 1er Avril 2014 à 11:45

    Moi aussi , j'ai été élevé à la sauce souplex.

    Intéressant ton article et ta manière d'indiquer que les épisodes passaient en revue des mondes professionnels différents.

    Avec "Maigret" de Bruno Cremer, on est toujours près d'un canal, d'une écluse et d'une péniche. On boit de la bière et on dine d'une blanquette. 

    Mais j'adorais et j'adore encore.

    On y croisait de valeurs sûres du cinéma, quand le mot "guest star", n'existait pas encore.  @+ et bisou +++ à toi.

    6
    Vendredi 4 Avril 2014 à 21:18

    Je n'en ai raté aucun épisode, j'adorais Bourrel (Raymond Souplex)

    Oh ! là ! là ! Ma grande tu plonges avec délice dans nos souvenirs communs, c'est super, merci

    Je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :